L'incontinence chez la femme

Incontinence féminine
L’incontinence urinaire chez les femmes peut être difficile à aborder. le blog sur l’incontinence féminine est là pour vous aider.

Qu’est-ce que l’incontinence féminine ?

Si une femme souffre d’une perte accidentelle ou involontaire de contrôle de sa vessie, on parle d’incontinence urinaire. Les femmes souffrent d’incontinence deux fois plus souvent que les hommes. La grossesse et l’accouchement, la ménopause et la structure des voies urinaires féminines expliquent cette différence. Les femmes plus âgées, plus souvent que les femmes plus jeunes, souffrent d’incontinence. Mais l’incontinence n’est pas inévitable avec l’âge. L’incontinence est traitable et souvent guérissable à tout âge.

Quelles sont les causes de l’incontinence féminine ?

L’incontinence urinaire est deux fois plus fréquente chez les femmes que chez les hommes et beaucoup plus fréquente chez les femmes plus âgées que chez les jeunes. On estime que 10 % des femmes de moins de 65 ans souffrent d’incontinence urinaire comparativement à 35 % de celles de plus de 65 ans. Par comparaison, 1,5 % des hommes de moins de 65 ans et peut-être 22 % de ceux de plus de 65 ans en ont un. Les taux sont beaucoup plus élevés chez les femmes dans les établissements de soins et les maisons de soins infirmiers. Entre 30 % et 50 % de ces personnes peuvent souffrir d’une forme quelconque d’incontinence.

Comment diagnostique-t-on l’incontinence féminine ?

Le défi consiste à identifier les origines de l’incontinence urinaire. Le diagnostic commence par un historique médical détaillé. Le profil et la nature de la fuite aideront à déterminer le type d’incontinence. Un examen physique, y compris un test réflexe et la palpation des zones autour des voies urinaires, fournira des informations supplémentaires suggérant la cause de l’incontinence.

La scintigraphie de la vessie au bureau représente un moyen indolore et non invasif de visualiser le contenu de la vessie. Un médecin peut évaluer la capacité de vidange à l’aide de ce test, semblable à une échographie.

Des échantillons d’urine et de sang peuvent être prélevés et analysés pour déceler des signes d’infection, de calculs rénaux ou de déséquilibres métaboliques. Une étude urodynamique peut être menée dans laquelle la pression vésicale et les débits sont déterminés. La cystoscopie consiste à insérer un mince tube creux dans l’urètre et à le faire avancer dans la vessie. Des lumières et des lentilles miniatures à l’extrémité du tube permettent d’examiner les parois de l’urètre et l’intérieur de la vessie.

La création d’un journal d’urination est une tâche simple et informative. Le patient reçoit une cuvette qui s’adapte sur un siège de toilette. La date, l’heure et la quantité d’urine exprimée sont enregistrées pendant plusieurs jours à une semaine.

Tous ces tests ne sont pas utilisés chez tous les patients. Le test s’arrête dès que l’origine de l’incontinence est déterminée de manière fiable.

Quels sont les symptômes de l’incontinence féminine ?

L’incontinence chronique est classée selon les circonstances dans lesquelles l’urine est perdue. L’incontinence à l’effort est la perte d’urine pendant les contractions de l’abdomen causées par les éternuements, le rire, la toux, l’exercice et autres actions de ce genre.

La vessie hyperactive est un état dans lequel l’envie d’uriner est soudaine et extrême, et l’urine est souvent expulsée avant d’aller aux toilettes. Cela se produit même lorsqu’il y a une quantité minimale d’urine dans la vessie.

Comment traite-t-on l’incontinence féminine ?

L’incontinence urinaire aiguë associée à des infections, des calculs rénaux ou des effets secondaires médicamenteux disparaît souvent lorsque le problème principal est traité avec succès.

Comme nous l’avons mentionné, l’incontinence chronique peut provenir de diverses circonstances. La nature et la combinaison des mesures thérapeutiques sont adaptées à chaque patient.

Renforcement musculaire

Une simple routine d’exercices au kegel peut renforcer les muscles du plancher pelvien et du sphincter afin de réduire ou d’éliminer les fuites.

L’électrostimulation peut également renforcer les muscles en cas d’incontinence d’effort et d’incontinence par impériosité. Cette approche thérapeutique, également appelée stimulation électrique transcutanée des nerfs (TENS), consiste à placer temporairement de petites électrodes à la surface de la peau près des muscles ciblés ou à l’intérieur du vagin ou du rectum. De minuscules impulsions d’électricité stimulent les impulsions de contraction musculaire et les renforcent. Une autre forme de thérapie électrique consiste à placer un petit stimulateur nerveux sacré (une sorte de stimulateur cardiaque de la taille d’un chronomètre), sous la peau avec des fils menant au nerf sacré dans le bas du dos. Les impulsions du stimulateur compensent l’activité nerveuse hyperactive autour de la vessie. La sensation a été décrite comme une légère traction dans la région pelvienne.

Le biofeedback implique ce que l’on pourrait appeler des ” roues d’entraînement électroniques “. Des capteurs électroniques sont placés pour enregistrer les impulsions nerveuses et les contractions musculaires. Ceux-ci offrent à la patiente plus d’informations concernant les impulsions mictionnelles qu’elle n’en aurait normalement connaissance. En surveillant ces impulsions et en apprenant à les contrôler, on peut obtenir un contrôle supplémentaire sur la miction.

Médicaments

Il existe un certain nombre de médicaments qui peuvent réduire les fuites. Certains de ces médicaments inhibent les activités d’une vessie hyperactive en stabilisant les contractions musculaires et d’autres ont l’effet inverse de détendre les muscles pour permettre une vidange vésicale plus complète. Les traitements hormonaux substitutifs, habituellement à base d’œstrogènes, peuvent aider à rétablir le fonctionnement normal de la vessie.

Options chirurgicales

Plusieurs dispositifs et procédures aident à repositionner et à stabiliser la vessie et l’urètre. Un pessaire est un anneau semi-rigide placé dans le vagin pour repositionner l’urètre et réduire les fuites d’incontinence d’effort. Des substances de charge telles que le collagène (graisse) ou des substances artificielles spécialement formulées peuvent être injectées pour fournir un soutien et une charge autour de l’urètre. Ces substances compriment l’urètre près de la sortie de la vessie pour réduire les effets de l’incontinence à l’effort. La procédure peut devoir être répétée à des intervalles annuels ou plus fréquents.

Plusieurs autres interventions chirurgicales ont montré des taux de réussite élevés. L’incontinence à l’effort résulte souvent d’une perte de soutien de la vessie et d’une chute graduelle vers le vagin. La vessie peut être ramenée à une position plus normale grâce à des sutures qui la stabilisent en l’attachant aux structures voisines comme les muscles, les tissus stables ou les os. Une autre procédure qui fournit le soutien de vessie implique de placer une écharpe pubico-vaginale, une sorte d’hamac, sous la vessie. L’élingue est suturée aux structures adjacentes. D’excellents résultats avec l’écharpe pubico-vaginale ont été obtenus chez les femmes souffrant d’incontinence urinaire d’effort.

Un sphincter artificiel est un nouvel appareil qui imite la musculature du sphincter. C’est un anneau implanté chirurgicalement qui entoure l’urètre. Il peut être gonflé manuellement pour fermer autour de l’urètre et prévenir les fuites urinaires. L’implantation de sphincter n’est pas une procédure courante, mais elle peut être utilisée avec succès chez des patients soigneusement sélectionnés.

Le cathétérisme à demeure est une procédure employée chez les femmes dont la vessie ne se vide pas complètement à la suite d’une perte de tonus musculaire, d’une chirurgie antérieure ou d’une lésion de la moelle épinière. Le cathéter (tube mince) est inséré dans l’urètre et laissé s’écouler dans un sac attaché à la jambe.

Cette gamme de thérapies brièvement décrites ici devrait suggérer au lecteur qu’une seule thérapie est rarement utilisée pour traiter l’IU. Au lieu de cela, les combinaisons de ces thérapies sont adaptées pour répondre à l’état et aux besoins du patient après une consultation approfondie, généralement avec plusieurs spécialistes des différents aspects du traitement de l’IU.

Comment puis-je prévenir l’incontinence féminine ?

Les événements de la vie peuvent affaiblir les muscles pelviens. La grossesse, l’accouchement et l’embonpoint peuvent y arriver. Heureusement, lorsque ces muscles s’affaiblissent, vous pouvez aider à les rendre plus forts. Les muscles du plancher pelvien sont comme les autres muscles. L’exercice peut les rendre plus forts. Les femmes peuvent reprendre le contrôle de leur vessie grâce aux exercices des muscles pelviens, aussi appelés exercices de Kegel. Demandez à votre médecin de vous renseigner sur ces exercices.